Panier  

Aucun produit

Expédition 0 €
Total 0 €

Panier Commander

Newsletter

 

PERLE DE TAHITI, UN MIRACLE DE LA NATURE MIS SOUS CONTRÔLE

 

Le choix des perles de Tahiti peut s'avérer difficile, sans quelques règles.

Il exite une classification officielle qui régule le marché de la perle de Tahiti et permet aux acheteurs de se retrouver dans les prix allant du simple au quintuple.

La perle de culture de Tahiti est une perle de culture de couleur naturelle provenant de la greffe et de l’élevage en milieu naturel, en Polynésie française, de l’huître perlière Pinctada margaritifera var. cumingii.

La classification de la perle de culture de Tahiti se fait selon des critères généraux et des critères additionnels.

 

CRITÈRES GÉNÉRAUX


1. LA TAILLE DE LA PERLE

Elle est déterminée par :
- la grosseur du nucleus qui est greffé à l'huitre perlière et qui sert de base à la future perle de Tahiti.
- temps de gestation dans l’eau.
Elle se mesure en millimètres arrondis à l’unité inférieure, et varie généralement entre 8 et 14mm. Les perles de taille supérieure à 14mm sont plus rares.

La taille de la perle détermine souvent le prix, mais est loin d'être le seul critère.

 

2. LE POIDS DE LA PERLE

Il se mesure en grammes. Une mesure qui n'est généralement pas utilisée en vente à l'unité.


3. LA FORME DE LA PERLE

Le choix de la forme de la perle est souvent personnel, mais 3 formes se démarquent du lot : la ronde, la goutte et la baroque. Toutefois, six formes de base sont observées :

1.1. La perle ronde (R) est une sphère parfaite ou assimilée, c’est-à-dire qu’elle accepte une variation de son diamètre inférieure à 2% du plus petit diamètre.


1.2. La perle semi-ronde (SR) est une sphère acceptant une variation de son diamètre comprise entre 2% et 5% du plus petit diamètre.

 

1.3. Les perles goutte ou poire (DR), ovale (OV) sont des perles présentant au moins un axe de symétrie (allongées, mais avec des cotés symétriques et réguliers).


1.4. La perle bouton (BT) sont des perles présentant au moins un axe de symétrie avec une face plate (légèrement "écrasées" sur le dessus, elles représentent tout de même des cotés symétriques et réguliers).

1.5. La perle semi-baroque (SB) est une perle présentant au moins un axe de révolution.


1.6. La perle baroque (BQ) est en général irrégulière et ne rentre pas dans les catégories précitées. C'est une perle unique par excellence, car en plus de la couleur unique chacune de ces perles aura aussi une forme qui n'existait pas auparavant.

 

1.7. La perle cerclée. Une catégorie spéciale : elle est caractérisée par au moins un cercle concentrique, sous forme de bourrelet ou de sillon, situé au-delà du tiers supérieur ou inférieur de la surface de la perle, quelle que soit sa forme d’origine. Bien sûr, les cercles présents sur la perle sont entièrement naturels, produits par la l'huître, sans intervention de l'Homme.

 

4. LA QUALITÉ DE LA PERLE

Elle dépend de 2 critères :


4.1. L’état de la surface qui s’évalue en fonction de l’importance de la surface lisse, sans imperfection.

La surface de la perle peut présenter diverses imperfections telles que : des piqûres, des rayures, des stries, des frisures, des creux, des bourrelets, des sillons, des dépôts organiques, des dépôts de calcite ou des zones de dévitalisation. Tous naturellement produits ou déposés pendant l'évolution de la perle à l'intérieur de l'huître.

 

4.2. Le lustre ou éclat ou brillance. Il correspond à la réflexion plus ou moins parfaite de la lumière sur la surface de la perle. Il dépend de la régularité, de l’épaisseur et de l’agencement des couches perlières. Un lustre excellent correspond à une réflexion totale de la lumière, donnant un effet miroir. Une perle sans lustre correspond à un aspect mat de la perle. Souvent délaissé par les acheteurs, c'est un critère pas moins important dans la classification des perles.

 

4.3. La qualité d’une perle de culture de Tahiti se codifie en 5 catégories :

  • Catégorie Parfaite : sans imperfection, lustre excellent ;
  • Catégorie A : 90% sans imperfection, 10% imperfections légères concentrées, tolérance d’une imperfection profonde, très bon lustre au minimum ;
  • Catégorie B : 70% sans imperfection, 30% imperfections légères concentrées, tolérance de deux imperfections profondes, bon lustre au minimum ;
  • Catégorie C : 40% sans imperfection, 60% imperfections légères concentrées, tolérance de 10% d’imperfections profondes, lustre moyen au minimum ;
  • Catégorie D : plus de 60% d’imperfections légères, tolérance de 20% d’imperfections profondes et/ou piqûres blanches, lustre faible au minimum.

 

CRITÈRES ADDITIONNELS


LA COULEUR DE BASE ET LES COULEURS ADDITIONNELLES

La couleur de la perle provient de l'huître et représente en quelque sorte son empreinte génétique. Chaque perle est unique, car les couleurs secondaires ou les reflets vont la faire changer de couleur selon l'angle et l'intensité de la lumière.

La perle possède une ou plusieurs couleurs secondaires. Par exemple, une perle bleue peut présenter des reflets roses ou verts, ce qui changera son aspect général.

 

LE REBUT


Sont définis comme rebuts, des perles ayant :

  • plus de 20% de zones dévitalisées,
  • plus de 20% de dépôts organiques,
  • plus de 20% de dépôts de calcite,
  • le nucléus visible,
  • des piqûres profondes,
  • une épaisseur de la couche perlière inférieure à 0,8mm.

 

SOURCE : Service de la Perliculture de la Direction des Ressources Marines et Minières de Polynésie Française. Pour plus d'informations, suivez le lien ci-dessous :

http://www.servicedelaperliculture.pf/spip.php?rubrique6

 


PayPal